Intelligence artificielle : pour ou contre son utilisation en rédaction web ?

Des robots assis évaluent les pour et contre de l'intelligence artificielle

Sommaire

8 min.

Virer son rédacteur web pour ChatGPT, est-ce une bonne idée ?

Tout le monde en parle depuis plusieurs semaines : 

ChatGPT est rentré dans nos vies numériques comme un boulet de canon et la planète marketing s’est rapidement divisée en 2 camps :
😍 les enthousiastes
😩 les réfractaires 

Prenons donc 5 minutes pour faire le point et répondre à la question que tout le monde se pose : Faut-il être pour ou contre l’utilisation massive de l’intelligence artificielle pour votre création de contenu et le référencement naturel de votre site Internet ?

Qu’est-ce que ChatGPT ?

Le chatbot du futur

Un gentil robot souriant pour incarner les aspects positifs de l'intelligence artificielle

Commençons tout d’abord par définir ce qu’est exactement ChatGPT, l’intelligence artificielle qui secoue le monde du web depuis plusieurs semaines.

Pour faire simple, ChatGPT est un chatbot sous stéroïdes qui permet de poser n’importe quelle question et d’obtenir une réponse (a priori) précise et complète par écrit en quelques secondes.

Dépassés, les chatbots simplistes qui ne comprennent rien, ChatGPT semble avoir réponse à tout, quel que soit notre façon de poser la question.

Cerise sur le gâteau : le logiciel est en théorie capable de “créer“, c’est-à-dire d’écrire un roman/un scénario/un code informatique/un article de blog à partir d’une requête précise.

Voici un exemple (déconcertant) d’écriture créative par ChatGPT, suite à ma demande : “Écris un scénario de série de science-fiction sur une rédactrice web qui perd son emploi à cause d’un chatbot maléfique appelé ChatXYZ“.

Extrait d'un test réalisé sur Chat GPT sur le thème “l'intelligence artificielle pour et contre“
Suite d'un test réalisé sur Chat GPT sur le thème “l'intelligence artificielle pour et contre“
Extrait final d'un test réalisé sur Chat GPT sur le thème “l'intelligence artificielle pour et contre“
Est-ce qu’on ne dirait pas le début d’un livre de la série Millenium de Stieg Larsson ? 😅

Les origines de l’intelligence artificielle qui révolutionne le web

ChatGPT, et plus précisément ChatGPT 3.5 que nous utilisons aujourd’hui, est une technologie développée par OpenAI, fondé en 2015 en tant qu’association à but non-lucratif par le fantasque Elon Musk (entre autres). Ce dernier quittera l’association en 2018 pour conquérir l’espace, les voitures électriques et votre fil Twitter…

OpenAI, basé à San Francisco, est spécialisé dans le développement de l’intelligence artificielle avec la création de ChatGPT donc, mais aussi de Dall.e son équivalent pour les images.

En 2019, OpenAI devient une entreprise à but lucratif plafonné. Concrètement, cela leur permet d’attirer des investisseurs et de continuer à développer leur technologie. Les investisseurs aimant par dessus tout les retours sur investissement, cette nouvelle forme juridique leur permet d’encaisser les bénéfices de la société de manière encadrée (maximum 100 fois le montant de l’investissement).

La même année, Microsoft tape à la porte de l’entreprise avec un chèque d’un milliard de dollars (je vous laisse faire x100 en calcul mental… Le plafond est assez haut…).

ChatGPT et intelligence artificielle : l’avis de Google

Le critère n°1 reste la qualité de vos contenus écrits

Les recommandations officielles de Google au sujet des contenus générés par l’intelligence artificielle ont été publiées il y a quelques jours.

Celles-ci peuvent se résumer en une seule phrase, tirée du communiqué officiel du moteur de recherche : 

👉 “Si vous considérez l’IA comme un moyen facile et peu coûteux de jouer avec le classement des moteurs de recherche, alors (ne l’utilisez pas)“.

En bref : ChatGPT n’est pas la solution magique pour hacker le moteur de recherche utilisé par 90 % des internautes français.

Pour Google, peu importe la façon dont votre contenu est généré, du moment qu’il est de qualité, unique et qu’il sert l’internaute (et ça, ce n’est pas nouveau !)

Ainsi, utiliser l’intelligence artificielle, et plus particulièrement ChatGPT pour créer beaucoup de contenus ou faire du bourrage de mots-clés ne vous rapportera aucun résultat… Au contraire, c’est la tape sur les doigts assurée !

La bonne pratique : utiliser l’IA pour servir l’internaute

L’intelligence artificielle doit donc toujours servir l’intérêt des humains cherchant des réponses à leurs questions. Il est donc possible de l’utiliser pour créer des contenus sur le web, mais avec parcimonie (vous savez, la jumelle de sobriété 🙃).

En résumé : automatiser les prévisions météo ou les résultats du Loto : oui ! Écrire des articles de blog peu qualitatifs tous les jours avec ChatGPT : bof bof !

Finalement, il est possible d’intégrer ces nouveaux outils à votre process de rédaction et de création de contenu pour d’automatiser certaines tâches plutôt rébarbatives :

  • Trouver de nouvelles idées de contenus
  • Comprendre les problématiques de vos clients
  • Générer une Foire aux Questions pertinente
  • Lister de nouveaux mots-clés
  • Rédiger les métadonnées de vos pages

La liste est longue et non exhaustive : chaque jour, les professionnels du marketing trouvent de nouvelles utilisations à ChatGPT, notamment dans les domaines de la rédaction web et du SEO.

Ce qu’il faut retenir du communiqué de Google : l’intelligence artificielle devrait être un support pour vos contenus, un outil de brainstorming et une source de nouvelles idées, mais en aucun cas, un outil de rédaction à utiliser ad nauseam.

En effet, au-delà des effets inefficaces, voire contre-productifs, sur votre référencement naturel, ChatGPT pose aujourd’hui de nombreuses questions aussi bien éthiques que juridiques.

Rédaction web et intelligence artificielle : les limites

ChatGPT ou le Wikipedia de 2023…

Tout comme au début des années 2000 et la naissance de Wikipédia, certains trouvent l’IA géniale, d’autres s’en inquiètent. Pour ma part, je suis plutôt dans la team “curieux·ses“ : j’ai goûté avant de dire que je n’aimais pas 😅

Au final, si certains aspects sont proprement révolutionnaires, la technologie est encore jeune et connaît certaines limites (franchement) gênantes.

Les limites de la machine

Victime de son succès, l’accès au site de ChatGPT est bien souvent impossible du fait de l’afflux massif de visiteurs.

Si le chatbot tente alors de nous divertir avec des animations bluffantes du type “Écris-moi un scénario inspiré des films de Western pour expliquer que ChatGPT n’est pas accessible pour le moment“, les trois quarts du temps, l’utilisateur repart frustré sur Google pour trouver sa réponse.

Un vrai enjeu technologique et écologique se pose donc ici : souhaitons-nous être à l’origine de la mise en place d’encore plus de serveurs géants énergivores à travers le monde ? Cela correspond-il aux problématiques actuelles autour du web responsable ?

Ainsi, ne pourrions-nous pas laisser la rédaction et la mise en mots de nos idées à nos cerveaux, qui eux sont disponibles en permanence ?

Chat GPT est un élève moyen

Les récentes affaires de triche dans les écoles ont mis en lumière un point important : la capacité des professeurs à identifier un raisonnement “binaire“ issu de l’intelligence artificielle, et la qualité moyenne des contenus générés par celle-ci.

En effet, selon les profs ayant découvert ces tricheries, un texte généré par ChatGPT vaut un bon 10/20. Une note qui sera bien souvent insuffisante pour sortir votre épingle du jeu face à vos concurrents et captiver vos lecteurs.

Chat GPT n’est pas à jour et ne détecte pas les Fake News

Le saviez-vous ? La technologie derrière ChatGPT n’est (pour le moment) pas alimentée en temps réel par les contenus présents sur le web. Le logiciel fait la somme moyenne du flot énorme d’informations qu’il a ingurgité jusqu’ici et à partir desquels il a “appris“.

Ainsi, pour l’heure, le logiciel ne connaît rien du monde après le 31 décembre 2021. Il ne crée rien de nouveau et n’invente rien. Et si vous faisiez le test en lui demandant qui a gagné la dernière coupe du monde de foot, il vous répondrait probablement “la France en 2018“.

Si ce type d’erreur a de grandes chances d’être corrigé dans les versions ultérieures du chat, les informations données par celui-ci à l’heure actuelle ne sont donc ni fiables, ni à jour.

Info et infox se mélangent, et c’est donc simplement l’avis le plus populaire à un instant T qui est sélectionné pour répondre à vos questions.

Chat GPT n’est pas neutre

Malgré les meilleures intentions du monde, l’intelligence artificielle développée ici n’est neutre ni politiquement, ni idéologiquement.

En effet, si l’on met de côté l’idée selon laquelle n’importe quel algorithme développé par des humains est imprégnée des inclinaisons et biais de ces mêmes humains, ChatGPT connaît un défaut de plus : il ne peut pas vous dire qu’il ne sait pas.

La logique économique derrière le logiciel ne lui permet tout simplement pas de répondre à des questions orientées ou polémiques par un simple “Je ne sais pas“, car cela vous pousserait à retourner vers celui qui a toujours réponse à tout : Google. Et comme chacun le sait, Google et Microsoft (financier de OpenAI, développeurs de ChatGPT) ne sont pas les meilleurs copains du monde.

En tout cas, pas suffisamment pour s’offrir leurs utilisateurs sur un plateau.

Intelligence artificielle et droits d’auteur : y avez-vous pensé ?

Selon le site de l’INPI :

“Le droit d’auteur s’acquiert sans formalités, du fait même de la création de l’œuvre. Votre création est donc protégée à partir du jour où vous l’avez réalisée et ce, quels qu’en soient :

  • la forme d’expression (forme écrite ou orale, en fait la façon dont l’œuvre est communiquée au public)
  • le genre (c’est-à-dire la catégorie d’œuvre, par exemple une peinture, un roman ou une photographie)
  • le mérite (c’est-à-dire le talent ou le génie de l’auteur)
  • la destination (c’est-à-dire que l’œuvre soit une création purement artistique ou d’art appliqué).“
INPI.fr

Serait-il donc possible de considérer ChatGPT comme un “auteur“ ? Il faudrait alors signer des articles de blog générés par l’IA avec le nom de cet auteur, alors que la pratique a été fortement déconseillée par Google.

Rassurez-vous, les avocats et juristes de France sont sur le coup, et selon le cabinet d’avocats Touati La Motte Rouge :

“Pour l’heure, il est plus raisonnable de considérer qu’aucun droit d’auteur ne se rattache aux contenus ChatGPT.

Mais malheureusement, ce qui pourrait sembler une bonne nouvelle, n’en est qu’une demi : vos contenus générés par ChatGPT ne sont donc protégés en aucune manière, et rien n’empêche aujourd’hui vos concurrents de les copier pour leur utilisation personnelle.

Dernier point et sans doute le plus effrayant : ChatGPT utilise régulièrement dans ses réponses tout ou partie d’œuvres déjà créées (et donc protégées par le droit d’auteur), souvent sans en signaler ni la présence, ni la provenance. Selon les conditions d’utilisation du logiciel, en utilisant ces contenus, vous devenez responsable de la violation de droits d’auteur qu’ils engendrent… 🤯

Comment conclure cet article ?

Probablement, en vous disant que nous n’en sommes encore qu’au début des bouleversements générés par l’intelligence artificielle dans le monde de la rédaction web bien sûr, mais aussi du marketing, et plus largement du travail et de l’école.

Je ne peux que vous inciter à explorer et à comprendre les atouts et les limites de cette nouvelle technologie, en gardant en tête que la créativité est un muscle : ne pas l’entretenir nous rendra peu à peu dépendants des outils d’IA, comme nous le sommes aujourd’hui des GPS ou des smartphones.

Et si vous souhaitez toujours faire appel à un humain pour rédiger vos contenus :

Crédits illustrations : Captures d’écran ChatGPT, Brett Jordan via Unsplash, Alex Knight via Unsplash, Aaron Burden vie Unsplash

Virginie

Virginie

Fondatrice de mōhio et scribe de votre histoire de marque.