[Hors série] 5 secrets marketing tirés de la Chronique des Bridgerton

les intrigues de la série Les Chroniques de Bridgerton renferment des astuces marketing

Sommaire

6 min.

On pense souvent qu’il existe des secrets marketing pour assurer le succès d’une stratégie de marque. Des formules magiques qui seraient détenues par les grands gourous de la communication. 

Mais la vérité est plus simple : des exemples de marketing réussis existent tout autour de nous, il suffit de les voir, de les analyser… et de les copier !

Ainsi, j’ai récemment été attrapée par la dernière série à succès de Netflix : La Chronique des Bridgerton (la saison 2 connaît le meilleur démarrage de l’histoire pour une série anglaise).

Au-delà du show et de l’intrigue, j’ai été interpelée par l’un des personnages qui nous donne tout au long des 2 saisons (et des 8 tomes des livres dont est issue la série), une magnifique leçon de marketing : Lady Whistledown.

Décortiquons ensemble les ingrédients de la réussite de sa (petite) entreprise. Article garanti sans aucun spoiler 😉.

Du marketing chez les Bridgerton ?

Découvrez les secrets marketing des Bridgerton, la famille qui fait frissonner Netflix

Remise en contexte : Qui ? Quoi ? Pourquoi ? Comment ?

La Chronique des Bridgerton, tirée des livres de Julia Quinn, se déroule au début du XIXe siècle en Angleterre. L’intrigue prend place pendant ce que l’on appelle La Régence, époque à laquelle l’aristocratie anglaise se laisse aller à tous les excès. 

Dans un style inspiré par Jane Austen, l’autrice met en scène la famille Bridgerton. Très en vue dans la haute société britannique, la mère et ses huit enfants ont pour unique but de se marier (de vivre heureux et avoir plein d’enfants, of course!). 

La série suit donc les trépidations du gotha londonien durant la saison des rallyes et des bals. 

Dès le premier épisode, une chroniqueuse anonyme façon Gossip Girl vient bousculer la haute société en publiant un journal à scandale dans lequel ces messieurs-dames sont (gentiment) écorchés, et leurs comportements so shocking mis au jour.

C’est donc elle qui nous intéresse ici tout particulièrement ! Et elle nous donne, au fur et à mesure des épisodes, de nombreux conseils précieux pour bâtir une stratégie marketing réussie.

3 fondamentaux à voler à Lady Whistledown pour votre stratégie marketing 

Règle n°1 : connaître son persona sur le bout des doigts

Dès le début, Lady Whistledown semble connaître par cœur son client cible. C’est pourquoi elle délivre à son audience un contenu véritablement adapté à leurs attentes. 

Elle maîtrise son persona, sa CSP, ses désirs, ses problèmes et ses habitudes.

Au début du XIXe siècle, la bonne société anglaise, hyper favorisée, ne travaille pas et passe la majeure partie de son temps dans l’oisiveté. Gérer leurs domaines, mettre au pas leur armée de domestiques et organiser des réceptions, sont grosso modo leurs seules activités.

Ainsi, pour perpétuer leurs privilèges et préserver leur mode de vie (pour rappel en France, nous avons coupé la tête du Roi de France 20 ans plus tôt), les familles d’aristocrates doivent faire de « bons mariages » pour leurs enfants.

Lady Whistledown met donc le doigt pile sur leurs préoccupations et parle leur langage pour capter leur attention. 

Bref, son étude de marché est au top, sa stratégie éditoriale frise la perfection.

Pour aller plus loin, consultez notre guide complet définir votre persona.

Règle n°2 : un branding cohérent qui véhicule vos valeurs

Couverture du journal à scandale de Lady Whistledown dans les Chroniques de Bridgerton

Dans la série, le branding de Lady Whistledown est discret, mais bel et bien présent. Et il y a une seule chose à en dire : il est impeccable !

Tout d’abord, son nom « Whistledown », signifie littéralement « coup de sifflet ». Ainsi, dans ce monde de chuchotis et de commérages, c’est une belle provocation. Elle annonce clairement la couleur : ça va faire du bruit, que ça vous plaise ou non !

(Envie d’un nom qui cartonne pour votre entreprise ? mōhio a sorti son guide complet pour un naming efficace, destiné aux entrepreneur·e·s.)

Par ailleurs, son logo, qui reprend un profil de femme en ombre chinoise, permet de planter le décor et de créer le suspens. Il nous évoque la bonne société bien sûr, mais également le secret et un univers très boudoir. 

Lady Whistledown est donc un peu la bonne copine. Celle que vous invitez à prendre le thé sans vous méfier. Celle à qui l’on confie ses secrets les plus inavouables. Elle pourrait être n’importe qui, ce qui renforce l’intrigue et l’intérêt de ses lecteurs. 

Même sa baseline est irréprochable : “Extraordinary people. Extraordinary news.”… Ce qui est à la fois flatteur pour son public et terriblement scandaleux. 

Bref, son branding tout entier donne envie de cliquer !

Règle n°3 : une ligne éditoriale parfaitement claire

La ligne éditoriale de Lady Whistledown en adéquation avec son persona

La ligne éditoriale permet à vos lecteurs de savoir à l’avance quel type de contenu il va lire, sur quel ton et avec quelles valeurs celui-ci va être rédigé. S’il se sent aligné avec votre ligne éditoriale, il y a fort à parier qu’il vous lise à chaque publication, voire qu’il attende avec impatience vos contenus.

Dans La Chronique des Bridgerton, celle de Lady Whistledown est parfaitement définie.

Son public sait très bien ce qu’il va trouver en la lisant, et il entre avec délectation dans chacune de ses chroniques.

Dans le petit monde de l’aristocratie, tout le monde sait que son journal parle des derniers potins (et pas de politique ou d’écologie) avec humour et traits d’esprit. Jamais de méchanceté ou d’attaques gratuites. 

Malgré le vertige du voyeurisme, les “Society Papers” de Lady Whistledown restent une lecture confortable et rassurante (le cerveau humain n’aime pas l’imprévu et l’évite à tout prix).

On frissonne donc gentiment à l’idée de se retrouver dans ses lignes, à la fois d’appréhension, mais aussi d’envie.

2 secrets marketing pour fidéliser son audience façon Chronique de Bridgerton 

Secret n°1 : un storytelling envoûtant

Lady Whistledown maîtrise le storytelling à la perfection ! 

Il faut dire que le sujet s’y prête puisque le thème principal reste “Qui va épouser qui ?”. 

Ceci dit, la chroniqueuse pousse le storytelling un peu plus loin en insistant sur certains acteurs de la bonne société. Ainsi, elle structure son récit avec des gentils (les Bridgerton), des personnages récurrents, des moins gentils (Cressida Cowper) ou des personnages de passage. 

Ses publications sont donc feuilletonnées, il y a un héros ou une héroïne, un but, des embûches et des aventures. So juicy!

Secret n°2 : un lancement stratégique

Grâce à son talent marketing, même la reine n'échappe pas au succès de Whistledown

Last but not least, Lady Whistledown rend complètement accro le gratin londonien en utilisant la technique de l’échantillon gratuit.

En effet dans les livres de La Chronique des Bridgerton, il est expliqué que pour booster le lancement de son journal, le Lady Whistledown est distribué 3 fois par semaine gratuitement… les 2 premières semaines ! 

La qualité de son contenu est telle qu’à la 6e édition ses lecteurs sont accros, et n’hésitent pas une seconde à passer au payant (en même temps, ils n’ont pas franchement de problèmes de fin de mois).

Pour résumer : la base d’une stratégie marketing réussie façon Bridgerton pourrait se résumer en 5 ingrédients :

3 fondamentaux de marques : 

Étude de marché ➡️ Branding ➡️ Ligne éditoriale

2 axes de fidélisation client : 

Storytelling ➡️ action marketing ciblée

Crédits illustrations : LIAM DANIEL/NETFLIX

De la comm’ et du fun ?

C’est par ici !

Les derniers articles Hors série à découvrir sur (fast) blog :

Virginie

Virginie

Fondatrice de mōhio et scribe de votre histoire de marque.